Chercheuse

Marion Blondeau s’engage depuis plusieurs années au sein de collectifs qui déploient des propositions performatives autour de problématiques militantes féministes, queer et post-colonialiste.

Par ailleurs suite à sa rencontre avec Florence Augendre et la pratique de « fasciapulsologie appliquée au mouvement dansé » à laquelle elle se forme, elle investit particulièrements les notions de performativité, d’écoute et de présence à partir d’une approche physiologique poétique et politique du corps tissulaire et de l’être global.